Publicité
Annonce
ActualitésPolitique

Selon Laurent Gbagbo, Blaise Compaoré a une part de responsabilité dans la crise ivoirienne de 2011

Annonce

L’ancien chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo a été interviewé par Marc Miramon du journal l’Humanité. Laurent Gbagbo répond à plusieurs questions. Il commence par le panafricanisme par son retour au pays avant de se prononcer sur le procès des assassins de Thomas Sankara

De nombreux dirigeants africains ont eu ce rêve panafricain qui ne s’est jamais réalisé. Comment le mener à terme ?

« 𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑣𝑟𝑎𝑖 𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑔𝑒𝑛𝑠 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒 𝐾𝑤𝑎𝑚𝑒 𝑁𝑘𝑟𝑢𝑚𝑎ℎ 𝑙’𝑎 𝑡𝑒𝑛𝑡𝑒́ 𝑎𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑛𝑜𝑢𝑠, 𝑜𝑢 𝑁𝑎𝑠𝑠𝑒𝑟 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒 𝑝𝑎𝑛𝑎𝑟𝑎𝑏𝑖𝑠𝑚𝑒. 𝑈𝑛 𝑟𝑒̂𝑣𝑒, 𝑖𝑙 𝑓𝑎𝑢𝑡 𝑑’𝑎𝑏𝑜𝑟𝑑 𝑙𝑒 𝑑𝑖𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑙𝑒 𝑓𝑜𝑟𝑚𝑢𝑙𝑒𝑟. 𝐸𝑛𝑠𝑢𝑖𝑡𝑒, 𝑖𝑙 𝑓𝑎𝑢𝑡 𝑠𝑒 𝑏𝑎𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑙𝑢𝑡𝑡𝑒𝑟. 𝑉𝑜𝑢𝑠 𝑑𝑖𝑡𝑒𝑠 𝑞𝑢𝑒 𝑑’𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑙’𝑜𝑛𝑡 𝑓𝑜𝑟𝑚𝑢𝑙𝑒́ 𝑎𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑚𝑜𝑖, 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑣𝑟𝑎𝑖, 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑣𝑜𝑦𝑒𝑧 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑖𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑓𝑖𝑛𝑖 ! 𝑇𝑜𝑢𝑠 𝑜𝑢 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑜𝑛𝑡 𝑒́𝑡𝑒́ 𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒́𝑠 𝑏𝑟𝑢𝑡𝑎𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡, 𝑞𝑢’𝑖𝑙 𝑠’𝑎𝑔𝑖𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑒 𝑁𝑘𝑟𝑢𝑚𝑎ℎ 𝑜𝑢 𝑑𝑒 𝑀𝑜𝑑𝑖𝑏𝑜 𝐾𝑒𝑖̈𝑡𝑎. 𝐶𝑒𝑟𝑡𝑎𝑖𝑛𝑒𝑠 𝑝𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑚𝑏𝑎𝑡𝑡𝑒𝑛𝑡 𝑓𝑎𝑟𝑜𝑢𝑐ℎ𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑒𝑡𝑡𝑒 𝑎𝑚𝑏𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑛𝑎𝑓𝑟𝑖𝑐𝑎𝑖𝑛𝑒. 𝑀𝑎𝑖𝑠 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑑𝑒𝑣𝑜𝑛𝑠 𝑟𝑒́𝑠𝑖𝑠𝑡𝑒𝑟 𝑒𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑠𝑢𝑖𝑣𝑟𝑒 𝑙𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑏𝑎𝑡, 𝑛𝑒 𝑗𝑎𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑏𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑏𝑟𝑎𝑠. »

À lire aussi: Justin Koné Katinan aux impôts: Ce lieutenant de Gbagbo, est-il compromis?

Dans quel état avez-vous retrouvé votre pays après votre longue période d’incarcération à la Cour pénale internationale (CPI) ?

Annonce

« 𝐽𝑒 𝑛𝑒 𝑝𝑒𝑢𝑥 𝑝𝑎𝑠 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑒 𝑗𝑢𝑔𝑒𝑟 𝑙𝑒 𝑏𝑖𝑙𝑎𝑛 𝑑𝑒 𝑚𝑜𝑛 𝑠𝑢𝑐𝑐𝑒𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟. 𝐽𝑒 𝑣𝑖𝑒𝑛𝑠 𝑑’𝑎𝑟𝑟𝑖𝑣𝑒𝑟 𝑒𝑡 𝑚𝑎 𝑝𝑟𝑖𝑜𝑟𝑖𝑡𝑒́ 𝑒́𝑡𝑎𝑖𝑡 𝑑𝑒 𝑐𝑟𝑒́𝑒𝑟 𝑚𝑜𝑛 𝑛𝑜𝑢𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖. 𝑀𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒𝑛𝑎𝑛𝑡, 𝑗𝑒 𝑣𝑎𝑖𝑠 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒𝑛𝑐𝑒𝑟 𝑎̀ 𝑚𝑒𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑚𝑜𝑛 𝑛𝑒𝑧 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑜𝑠𝑠𝑖𝑒𝑟𝑠. 𝑀𝑎𝑖𝑠 𝑙’𝑢𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑚𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑖𝑝𝑎𝑙𝑒𝑠 𝑠𝑜𝑢𝑟𝑐𝑒𝑠 𝑑’𝑖𝑛𝑞𝑢𝑖𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑒, 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑙’𝑖𝑚𝑚𝑒𝑛𝑠𝑒 𝑒𝑛𝑑𝑒𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑥𝑡𝑒́𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟. 𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑖𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑞𝑢𝑒𝑙 𝑛’𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑒 𝑞𝑢𝑒𝑙 𝑝𝑜𝑢𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑎̀ 𝑣𝑒𝑛𝑖𝑟 𝑑𝑒𝑣𝑟𝑎 𝑠𝑒 𝑝𝑒𝑛𝑐ℎ𝑒𝑟 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑠𝑒́𝑟𝑖𝑒𝑢𝑥. 𝑁𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑜𝑚𝑚𝑒𝑠 𝑒́𝑔𝑎𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑛𝑓𝑟𝑜𝑛𝑡𝑒́𝑠 𝑎̀ 𝑢𝑛𝑒 𝑡𝑟𝑒̀𝑠 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑠𝑠𝑒́𝑒 𝑑𝑒́𝑚𝑜𝑔𝑟𝑎𝑝ℎ𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑐𝑢𝑙𝑖𝑒̀𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑣𝑖𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 𝑎̀ 𝐴𝑏𝑖𝑑𝑗𝑎𝑛, 𝑙𝑎 𝑐𝑎𝑝𝑖𝑡𝑎𝑙𝑒. »

Publicité

À lire aussi: Communiqué du Conseil National de Sécurité, ce jeudi 4 novembre 2021

Le procès des assassins de Thomas Sankara se déroule actuellement au Burkina Faso, qu’en attendez-vous alors que la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny est potentiellement impliquée et que Blaise Compaoré, principal accusé, s’est soustrait à la justice pour se réfugier dans votre pays ?

« 𝐽’𝑎𝑖 𝑟𝑒𝑛𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑒́ 𝑇ℎ𝑜𝑚𝑎𝑠 𝑆𝑎𝑛𝑘𝑎𝑟𝑎 𝑢𝑛𝑒 𝑠𝑒𝑢𝑙𝑒 𝑓𝑜𝑖𝑠, 𝑒𝑛 1984, 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑢𝑛 ℎ𝑜̂𝑡𝑒𝑙 𝑎̀ 𝑃𝑎𝑟𝑖𝑠. 𝐼𝑙 𝑒́𝑡𝑎𝑖𝑡 𝑣𝑒𝑛𝑢 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑟𝑒́𝑢𝑛𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑡 𝑗’𝑦 𝑣𝑖𝑣𝑎𝑖𝑠 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑒𝑛 𝑒𝑥𝑖𝑙. 𝑇𝑜𝑢𝑡 𝑙𝑒 𝑚𝑜𝑛𝑑𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑙𝑖𝑐𝑖𝑡𝑒́ 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑’𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒, 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑗’𝑎𝑡𝑡𝑒𝑛𝑑𝑠 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑎 𝑗𝑢𝑠𝑡𝑖𝑐𝑒 𝑏𝑢𝑟𝑘𝑖𝑛𝑎𝑏𝑒́𝑒 𝑓𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑠𝑜𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙 𝑒𝑡 𝑒́𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑓𝑎𝑖𝑡𝑠 𝑎𝑓𝑖𝑛 𝑞𝑢𝑒 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑒𝑛𝑓𝑖𝑛 𝑑𝑒𝑠 ℎ𝑦𝑝𝑜𝑡ℎ𝑒̀𝑠𝑒𝑠. 𝐶𝑜𝑛𝑐𝑒𝑟𝑛𝑎𝑛𝑡 𝐵𝑙𝑎𝑖𝑠𝑒 𝐶𝑜𝑚𝑝𝑎𝑜𝑟𝑒́, 𝑖𝑙 𝑎 𝑒́𝑔𝑎𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑗𝑜𝑢𝑒́ 𝑢𝑛 𝑟𝑜̂𝑙𝑒 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑎 𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑡 𝑙𝑎 𝑚𝑖𝑠𝑒 𝑒𝑛 𝑟𝑜𝑢𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑟𝑒́𝑏𝑒𝑙𝑙𝑖𝑜𝑛 𝑞𝑢𝑖 𝑎 𝑑𝑒́𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑒́ 𝑚𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑦𝑠, 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒 ℎ𝑖𝑠𝑡𝑜𝑖𝑟𝑒. »

À lire aussi: Gilbert Koné Kofana explique le but de la création de l’Union du Grand Nord

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page