Publicité
Annonce
ActualitésPolitique

Les vérités de Laurent Gbagbo au ministre Amadou Coulibaly

Annonce

Profitant d’une réunion ce2 Décembre 2021 avec les membres de son nouveau parti le PPA-CI, Laurent Gbagbo répond au ministre Amadou Coulibaly, qui avait affirmé la veille (1er décembre), que les militaires en question étaient accusés de ” crime de sang ”. news.monjob.net vous propose l’intégralité du discours de l’ex-président ivoirien.

Les vérités de Laurent Gbagbo au ministre Amadou Coulibaly

« 𝐼𝑙 𝑦 𝑎 𝑑𝑒𝑠 𝑔𝑒𝑛𝑠 𝑞𝑢𝑖 𝑣𝑒𝑢𝑙𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒́𝑣𝑒𝑙𝑜𝑝𝑝𝑒𝑟 𝑑𝑒𝑠 𝑓𝑎𝑢𝑠𝑠𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑙𝑒́𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑟 𝑚𝑎 𝑑𝑒𝑚𝑎𝑛𝑑𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑖𝑏𝑒́𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛𝑛𝑖𝑒𝑟𝑠 𝑝𝑜𝑙𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛𝑛𝑖𝑒𝑟𝑠 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑞𝑢𝑖 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛𝑛𝑖𝑒𝑟𝑠 𝑝𝑜𝑙𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠, 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑐𝑎𝑠 𝑑’𝑒𝑠𝑝𝑒̀𝑐𝑒 𝑎𝑢𝑗𝑜𝑢𝑟𝑑’ℎ𝑢𝑖 𝑒𝑛 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑’𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒. 𝑀𝑜𝑖 𝑗𝑒 𝑛𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑𝑠 𝑝𝑎𝑠 𝑜𝑢 𝑏𝑖𝑒𝑛 𝑗𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑𝑠 𝑡𝑟𝑜𝑝. 𝐸𝑛𝑓𝑖𝑛, 𝑢𝑛𝑒 𝑐𝑟𝑖𝑠𝑒 𝑒́𝑐𝑙𝑎𝑡𝑒, 𝑑𝑒𝑝𝑢𝑖𝑠 2001. 𝑈𝑛𝑒 𝑟𝑒́𝑏𝑒𝑙𝑙𝑖𝑜𝑛 𝑠’𝑎𝑡𝑡𝑎𝑞𝑢𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑’𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑣𝑜𝑢𝑠 𝑣𝑜𝑢𝑙𝑒𝑧 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑟𝑒𝑠𝑡𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑏𝑟𝑎𝑠 𝑐𝑟𝑜𝑖𝑠𝑒́𝑠 ? 𝐿𝑒𝑢𝑟 𝑚𝑒́𝑡𝑖𝑒𝑟, 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑒 𝑑𝑒́𝑓𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑖𝑛𝑠𝑡𝑖𝑡𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑒𝑡 𝑙𝑒 𝑡𝑒𝑟𝑟𝑖𝑡𝑜𝑖𝑟𝑒 𝑖𝑣𝑜𝑖𝑟𝑖𝑒𝑛.

Lire aussi: Cote D’ivoire: La tombe de Léonard Gnoléba Groguhet vandalisée

𝐿𝑎 𝑝𝑟𝑒𝑚𝑖𝑒̀𝑟𝑒 𝑎𝑡𝑡𝑎𝑞𝑢𝑒 𝑎 𝑒𝑢 𝑙𝑖𝑒𝑢𝑒 𝑒𝑛 𝐽𝑎𝑛𝑣𝑖𝑒𝑟 2001. 𝐽𝑒 𝑚𝑒 𝑟𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙𝑙𝑒, 𝑗’𝑒́𝑡𝑎𝑖𝑠 𝑎̀ 𝑀𝑎𝑚𝑎, 𝑞𝑢𝑎𝑛𝑑 𝑜𝑛 𝑚’𝑎 𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙𝑒́ 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑑𝑖𝑟𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑔𝑒𝑛𝑠 𝑎𝑣𝑎𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑝𝑟𝑖𝑠 𝑙𝑎 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑜 𝑒𝑡 𝑙𝑎 𝑡𝑒́𝑙𝑒́𝑣𝑖𝑠𝑖𝑜𝑛. 𝐼𝑙𝑠 𝑚’𝑜𝑛𝑡 𝑟𝑒́𝑣𝑒𝑖𝑙𝑙𝑒́ 𝑙𝑎 𝑛𝑢𝑖𝑡 𝑣𝑒𝑟𝑠 2 ℎ𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑢 𝑚𝑎𝑡𝑖𝑛, 𝑗’𝑎𝑖 𝑝𝑎𝑟𝑙𝑒́ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑖𝑛𝑖𝑠𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑞𝑢𝑖 𝑒́𝑡𝑎𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑠𝑢𝑟 𝑝𝑙𝑎𝑐𝑒. 𝐼𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑖𝑡 : ” 𝑃𝑟𝑒́𝑠𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡 𝑖𝑙 𝑛’ 𝑦 𝑎 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑏𝑙𝑒̀𝑚𝑒𝑠, 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑜𝑚𝑚𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝑡𝑒𝑟𝑟𝑎𝑖𝑛 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑙𝑖𝑐𝑖𝑒𝑟𝑠, 𝑔𝑒𝑛𝑑𝑎𝑟𝑚𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑜𝑚𝑚𝑒𝑠 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛 𝑑𝑒 𝑛𝑒𝑡𝑡𝑜𝑦𝑒𝑟 𝑙𝑎 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑜 𝑒𝑡 𝑙𝑎 𝑇𝑒́𝑙𝑒́𝑣𝑖𝑠𝑖𝑜𝑛. 𝐽𝑒 𝑑𝑖𝑠 𝑚𝑜𝑖 : ” 𝑗𝑒 𝑣𝑎𝑖𝑠 𝑑𝑜𝑟𝑚𝑖𝑟 𝑠𝑖 𝑣𝑜𝑢𝑠 𝑓𝑖𝑛𝑖𝑠𝑠𝑒𝑧, 𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙𝑒𝑧-𝑚𝑜𝑖.” 𝐸𝑡 𝐽𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝑎𝑙𝑙𝑒́ 𝑚𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑐ℎ𝑒𝑟. 𝑄𝑢𝑎𝑛𝑑 𝑖𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑓𝑖𝑛𝑖, 𝑖𝑙𝑠 𝑚’𝑜𝑛𝑡 𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙𝑒́ 𝑣𝑒𝑟𝑠 3 ℎ𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑚𝑒 𝑑𝑖𝑟𝑒 𝑞𝑢’𝑖𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑡𝑒𝑟𝑚𝑖𝑛𝑒́ 𝑒𝑡 𝑗𝑒 𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑎𝑖 𝑑𝑖𝑡 “𝑓𝑒́𝑙𝑖𝑐𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠, 𝑣𝑜𝑢𝑠 𝑎𝑣𝑒𝑧 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑢𝑛 𝑏𝑜𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙.”

𝐸𝑛 𝑠𝑒𝑝𝑡𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 2002, 𝑗𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝑒𝑛 𝐼𝑡𝑎𝑙𝑖𝑒, 𝑖𝑙𝑠 𝑟𝑒𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒𝑛𝑐𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑡 𝑙𝑎̀ 𝑐̧𝑎 𝑎 𝑑𝑢𝑟𝑒́ 𝑗𝑢𝑠𝑞𝑢’𝑒𝑛 2011. 𝐿𝑒𝑠 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑙𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑞𝑢𝑒𝑙 𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑝𝑎𝑦𝑒́𝑠, c’𝑒𝑠𝑡-𝑎m-𝑑𝑖𝑟𝑒, 𝑖𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒́𝑓𝑒𝑛𝑑𝑢 𝑙𝑎 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑’𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒. 𝑄𝑢𝑎𝑛𝑑 𝑗’𝑒́𝑡𝑎𝑖𝑠 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝐶𝑃𝐼, 𝑖𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑐𝑖𝑡𝑒́ 𝑑𝑒𝑠 𝑡𝑒́𝑚𝑜𝑖𝑛𝑠 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠, 𝑑𝑒𝑠 𝑜𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑟𝑠, 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑎𝑢𝑐𝑢𝑛 𝑛𝑒 𝑚’𝑎 𝑎𝑐𝑐𝑢𝑠𝑒́, 𝑎𝑢𝑐𝑢𝑛 𝑛’𝑎 𝑑𝑖𝑡 𝑞𝑢𝑒 𝑗’𝑎𝑖 𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒́ 𝑙’𝑜𝑟𝑑𝑟𝑒 𝑑’𝑎𝑙𝑙𝑒𝑟 𝑡𝑢𝑒𝑟 𝑑𝑒𝑠 𝑔𝑒𝑛𝑠, 𝑚𝑒̂𝑚𝑒 𝑐𝑒𝑢𝑥 𝑞𝑢𝑖 𝑓𝑎𝑛𝑓𝑎𝑟𝑜𝑛𝑛𝑎𝑖𝑒𝑛𝑡, 𝑎𝑢𝑐𝑢𝑛. 𝑃𝑎𝑟𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑐𝑒 𝑛’𝑒𝑠𝑡 𝑚𝑒̂𝑚𝑒 𝑝𝑎𝑠 𝑢𝑡𝑖𝑙𝑒, 𝑖𝑙𝑠 𝑓𝑜𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙 !
𝑂𝑢 𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑣𝑎𝑖𝑛𝑐𝑢𝑠 𝑜𝑢 𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑣𝑎𝑖𝑛𝑞𝑢𝑒𝑢𝑟𝑠. M𝑎𝑖𝑠 𝑡𝑜𝑢𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝐺𝑒́𝑛𝑒́𝑟𝑎𝑢𝑥 𝑞𝑢𝑖 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑝𝑎𝑠𝑠𝑒́𝑠 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝐻𝑎𝑦𝑒, 𝑚’𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒́𝑓𝑒𝑛𝑑𝑢. 𝑀𝑎𝑙𝑔𝑟𝑒́ 𝑞𝑢’𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑡𝑒́𝑚𝑜𝑖𝑛𝑠 𝑎̀ 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒, 𝑖𝑙𝑠 𝑜𝑛𝑡 𝑡𝑒́𝑚𝑜𝑖𝑔𝑛𝑒́ 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑚𝑜𝑖.

Annonce

Lire aussi: Olivia Yacé est désormais classée 1e du concours Miss Monde 2021

Publicité

𝐵𝑜𝑛 𝑗𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝑟𝑒𝑣𝑒𝑛𝑢 𝑎𝑢 𝑝𝑎𝑦𝑠. 𝐴𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑑’𝑜𝑢̀ 𝑐̧𝑎 𝑠𝑜𝑟𝑡 𝑞𝑢’𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛 ? 𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑐̧𝑎 𝑙𝑎 𝑞𝑢𝑒𝑠𝑡𝑖𝑜𝑛. 𝐷’𝑜𝑢̀ 𝑐̧𝑎 𝑠𝑜𝑟𝑡 𝑞𝑢’𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛 ? S𝑜𝑖𝑡 𝑜𝑛 𝑎𝑣𝑎𝑖𝑡 𝑑’𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑟𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛𝑠 𝑑𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑒𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛. 𝑃𝑎𝑟𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑠𝑖 𝐺𝑏𝑎𝑔𝑏𝑜 𝑒𝑠𝑡 𝑎𝑐𝑞𝑢𝑖𝑡𝑡𝑒́ 𝑒𝑡 𝑙𝑖𝑏𝑒́𝑟𝑒́, 𝑐𝑒𝑢𝑥 𝑞𝑢𝑖 𝑠𝑜𝑛𝑡 en prison, 𝑛’𝑜𝑛𝑡 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑑𝑒 𝑟𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑑’y 𝑒̂𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛. 𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑙𝑜𝑔𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑒𝑠𝑡 𝑒́𝑙𝑒́𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒, 𝑠𝑎𝑢𝑓 𝑠𝑖 𝑜𝑛 𝑎 𝑑’𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑖𝑑𝑒́𝑒𝑠, 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒 𝑎𝑚𝑝𝑢𝑡𝑒𝑟 𝑙’𝑎𝑟𝑚𝑒́𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑒𝑠 𝑚𝑒𝑖𝑙𝑙𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑒́𝑙𝑒́𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠, 𝑝𝑎𝑟 𝑒𝑥𝑒𝑚𝑝𝑙𝑒.

𝑁𝑜𝑟𝑚𝑎𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡, 𝑢𝑛𝑒 𝑓𝑜𝑖𝑠 𝑞𝑢’𝑜𝑛 𝑚’𝑎𝑟𝑟𝑒̂𝑡𝑒, 𝑜𝑛 𝑛𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑝𝑎𝑠 𝑎𝑟𝑟𝑒̂𝑡𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑏𝑜𝑟𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒́𝑠, 𝑝𝑢𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑚𝑜𝑖 𝑙𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒𝑢𝑟 𝑑’𝑜𝑟𝑑𝑟𝑒. 𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑚𝑜𝑖 𝑙𝑒 𝐶ℎ𝑒𝑓 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝐺𝑒𝑛𝑑𝑎𝑟𝑚𝑒𝑟𝑖𝑒, 𝑑𝑒 𝑙’𝑎𝑟𝑚𝑒́𝑒, 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑙𝑖𝑐𝑒. 𝐽’𝑎𝑖 𝑟𝑒́𝑝𝑜𝑛𝑑𝑢 𝑎̀ 𝑡𝑜𝑢𝑡𝑒𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑞𝑢𝑒𝑠𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠, 𝑗𝑒 𝑛’𝑎𝑖 𝑗𝑎𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑐𝑖𝑡𝑒́ 𝑎𝑢𝑐𝑢𝑛 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒, 𝑗𝑒 𝑛’𝑎𝑖 𝑗𝑎𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑚𝑖𝑠 𝑒𝑛 𝑐𝑎𝑢𝑠𝑒 𝑢𝑛 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝐶pi. 𝐽𝑒 𝑛𝑒 𝑝𝑒𝑢𝑥 𝑝𝑎𝑠 𝑒̂𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑡𝑟𝑖𝑏𝑢𝑛𝑎𝑢𝑥 𝑒𝑡 𝑚𝑒𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑐𝑎𝑢𝑠𝑒 𝑚𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑏𝑜𝑟𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒́𝑠. 𝐽𝑒 𝑛’𝑎𝑖 𝑗𝑎𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑚𝑖𝑠 𝑒𝑛 𝑐𝑎𝑢𝑠𝑒 𝑎𝑢𝑐𝑢𝑛 𝑑𝑒 𝑚𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑏𝑜𝑟𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒𝑠.
𝐸𝑡 𝑞𝑢𝑎𝑛𝑑 𝑜𝑛 𝑙𝑒𝑠 𝑎 𝑐𝑖𝑡𝑒́ 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑡𝑒́𝑚𝑜𝑖𝑔𝑛𝑒𝑟 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑚𝑜𝑖, 𝑐𝑒 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑒𝑢𝑥 𝑞𝑢𝑖 𝑚’𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒́𝑓𝑒𝑛𝑑𝑢 et 𝑗𝑒 𝑑𝑖𝑠 𝑞𝑢𝑒 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑜𝑚𝑚𝑒𝑠 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑢𝑛𝑒 𝑠𝑖𝑡𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑖𝑛𝑐𝑜𝑛𝑔𝑟𝑢𝑒, 𝑙𝑜𝑢𝑓𝑜𝑞𝑢𝑒 𝑜𝑢̀ 𝑙𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒𝑢𝑟 𝑑’𝑜𝑟𝑑𝑟𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑒ℎ𝑜𝑟𝑠 𝑒𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑒𝑥𝑒́𝑐𝑢𝑡𝑎𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛.

𝑂𝑢 𝑜𝑛 𝑒𝑠𝑡𝑖𝑚𝑒 𝑞𝑢’𝑖𝑙 𝑎 𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒́ 𝑑𝑒 𝑚𝑎𝑢𝑣𝑎𝑖𝑠 𝑜𝑟𝑑𝑟𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑢𝑖 𝑞𝑢𝑖 𝑑𝑜𝑖𝑡 𝑒̂𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛, 𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑜𝑛 𝑒𝑠𝑡𝑖𝑚𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑗𝑒 𝑛𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝑐𝑜𝑢𝑝𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑖𝑒𝑛, 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑎𝑐𝑞𝑢𝑖𝑡𝑡𝑒𝑟 𝑣𝑒𝑢𝑡 𝑑𝑖𝑟𝑒, 𝑞𝑢’𝑖𝑙 𝑛’𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑠 𝑟𝑒𝑐𝑜𝑛𝑛𝑢 𝑐𝑜𝑢𝑝𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑡 𝑐𝑒 𝑞𝑢’𝑜𝑛 𝑙𝑢𝑖 𝑟𝑒𝑝𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑜𝑛 𝑙𝑒 𝑙𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑟 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝑚𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛. E𝑡 𝑠𝑖 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑐̧𝑎, 𝑗’𝑒𝑠𝑡𝑖𝑚𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑖𝑙𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑞𝑢𝑖 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑛’𝑜𝑛𝑡 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑎̀ 𝑒̂𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑒𝑡 𝑗𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑖𝑛𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑙𝑎𝑖𝑑𝑒𝑟 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑞𝑢’𝑖𝑙𝑠 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑖𝑏𝑒́𝑟𝑒́𝑠. 𝐶𝑒𝑙𝑢𝑖 𝑞𝑢𝑖 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑝𝑟𝑒́𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝑟𝑖𝑒𝑛 (…) . »

Lire aussi: Débat Politique: les enjeux de la réconciliation nationale, ce que pense le parti de Gbagbo

Pour la circonstance, le Président Laurent Gbagbo était entouré, des membres du Csp, du Pr. Oulaye Hubert Marc-Arthur, président exécutif du Ppa-ci et de Damana Adia Pickass, Secrétaire général du nouveau parti de Gbagbo.

Lequel a été officiellement invité à effectuer une visite dans la région de La Mé pour cohabiter avec les peuples.

La délégation de ses hôtes était conduite par le ministre Monnet Emmanuel Léon, 1er vice-président du Conseil politique permanent (Cpp) du Ppa-ci est composée de l’ancien Premier ministre, Aké N’Gbo, du Juge Yanon Yapo, de quatre chefs traditionnels, des représentants des 19 sous-préfectures et des huit (8) fédérations. Au total, ce sont 200 personnes qui ont souhaité le traditionnel ”Akwabaea ” à celui qui est rentré, le 17 juin 2922, acquitté par la CPI.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page