Publicité
Annonce
ActualitésFaits Insolite

Insolite : Un employé enceinte la fille de son patron à cause du non-paiement de son salaire

Annonce

Accusé d’avoir enceinté la fille de son patron, un employé s’est justifié en évoquant le non-paiement de son salaire.

Un homme âgé de la trentaine, employé comme domestique depuis plus de 3 ans chez un homme d’affaires est dans de sales draps. Il est accusé d’avoir mis enceinte la fille de son patron âgée d’une vingtaine d’années. D’après les informations le mis en cause a été convoqué par son patron tôt dans l’une des matinées du week-end écoulé. Il s’y est rendu tout joyeux, espérant toucher les 6 mois de salaire que lui doit son employeur. Toutefois, une fois arrivée les choses ne se passent pas comme il l’avait entrevu.

L’homme se retrouve face à son patron et une dizaine d’autres personnes, membres de la famille de ce dernier. Lorsqu’on lui demande s’il était l’auteur de la grossesse de la fille, il répond par le négatif. Mais face à l’insistance et aux menaces, il finit par avouer avoir couché avec la fille, mais nie être l’auteur de la grossesse.

Après de longues heures d’interrogatoire « musclé », le mis en cause finit par reconnaître être l’auteur de la grossesse. Lorsque le patron lui demande pourquoi il a commis un tel acte malgré le fait qu’il le considérait comme son fils, l’employé répond :

LIRE AUSSI: Scandale : Un prêtre africain emprisonné en France pour une escroquerie de 40 millions de FCFA

Annonce

« Patron, si cela est arrivé, c’est parce que j’ai des arriérés de six mois de salaire. Donc c’est de la même façon que vous avez mal pour votre fille que moi aussi, je supporte mal pour mes arriérés de salaire ».

Publicité

LIRE AUSSI: Trafic de drogue : 2 franc-maçon suspendus de la Grande Loge en Côte d’Ivoire

Une réponse qui n’est pas du tout passée auprès de l’assistance qui n’a pas pu s’empêcher de bondir sur lui et de le rouer de coups. Cela n’a toutefois pas empêché le domestique de crier à son patron « d’utiliser ses arriérés de salaire pour s’occuper de sa fille ». Le patron alors très remonté l’a fait transféré dans un commissariat de la place.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page