Publicité
Annonce
ActualitésPolitique
A la Une

Guinée: Mamady Doumbouya au centre d’une polémique

Annonce

Après son coup d’état le 05 septembre 2021, Mamady Doumbouya, a pris une décision au centre de grands débats. Il a décidé de rebaptiser l’aéroport de Conakry au nom de l’ancien Président Sékou Touré. Une initiative considérée comme un acte plus illégal que le 3e mandat contre le quel il avait faire son coup d’état. 

C’est lors d’une conférence de presse à l’initiative de l’association des victimes du camp Boiro, à Conakry, que l’écrivain guinéen Tierno Monénembo , a saisi l’occasion de fustiger la décision du colonel Mamady Doumbouya, rebaptisant l’aéroport de Conakry au nom du premier président de la République de Guinée, Sékou Touré. Selon l’auteur de L’aîné des orphelins, le colonel Doumbouya n’a aucune légitimité pour poser un tel acte.

Lire aussi: Drame: Intoxication des personnes dans un camp de prière

 

« Cet acte est ignoble. C’est un coup de poignard dans le dos de la démocratie de Guinée, mais aussi le plus puissant acte de division jamais posé en Guinée depuis les indépendances », a dénoncé Tierno Monénembo. Parlant de la portée de l’acte, il indique que « l’étonnement ne suffit pas, la colère ne suffit pas dans ces circonstances. Ce qui est très important à dire, est que cet acte est complètement illégal. Le colonel Mamady Doumbouya n’a aucune légitimité pour baptiser ou débaptiser un lieu de la République de Guinée ».

Annonce

« Le colonel n’est pas le président de la République, c’est un putschiste. Il est là de fait, parce qu’il nous a débarrassés du régime néfaste d’Alpha Condé. On l’a applaudi pour cela. Seulement, il n’a aucune légitimité, il n’est pas Président de la Guinée. Il n’a rien à décréter, absolument rien. C’est très important de le relever, car je ne sais pas si la Guinée fonctionne à l’envers », dénonce le lauréat 2017 du Grand Prix de la Francophonie.

Publicité

A titre d’exemple de dysfonctionnement, l’écrivain rappelle : « En 2010 par exemple, j’avais remarqué que le Premier ministre de Transition signait des contrats miniers. Ce qui est interdit. Un régime de transition gère les affaires courantes ». Et d’accuser : « Le colonel Doumbouya est dans l’illégalité la plus totale. Son acte est plus illégal que le troisième mandat d’Alpha Condé. Dans un pays normal, il aurait été immédiatement destitué et foutu en prison ».

« Mais la Guinée n’est pas (un pays) normale. Pour la rendre normale, il faut se battre. Il ne faut plus subir. Tout le monde doit se battre. Il faut que les hommes de ce pays se lèvent et se battent contre tous ces gens qui considèrent la Guinée comme leur propriété privée. …Ce combat doit être mené, quel qu’en soit le prix. La liberté à un coût. Il faut que les Guinéens sortent de la léthargie… », interpelle Tierno Monénembo.

De l’avis du Grand Prix littéraire d’Afrique noire (1986), « on ne discute pas avec les barbares. Les barbares, on les combat. Et ce combat doit commencer dès maintenant. Vous avez parlé de procédure judiciaire. Cette procédure judiciaire doit commencer maintenant, à cette heure, à cette minute-là. Il faut que dans la semaine, qu’il y ait quelque chose de concret dans le territoire de la Guinée, au niveau de la CEDEAO ou ailleurs. Mais il faut se battre ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page