Publicité
Annonce
ActualitésInternationalPolitique
A la Une

Affaire des 46 soldats Ivoiriens détenus au Mali: 72 heures, c’est l’ultimatum donné par La CONASU aux autorités maliennes

Annonce

La coalisation nationale pour le sursaut (CONASU) a organisé une conférence de presse le vendredi 14 octobre 2022 à l’espace Nelson Mandela au Plateau, Abidjan. A l’occasion Coulibaly Zanga, président de ladite coalition a donné un ultimatum de 72 heures aux autorités maliennes en vue de la libération des soldats ivoiriens détenus au Mali.

Si rien n’est fait dans les 72 heures qui suivent pour favoriser la libération des 46 soldats ivoiriens détenus depuis le 10 juillet 2022 par les autorités Maliennes, des ivoiriens vont s’installer devant l’ambassade du Mali le lundi 17 octobre 22. L’annonce a été faite par le président du présidium de la Coalition nationale pour le sursaut (CONASU), Coulibaly Zanga à l’occasion d’une conférence de presse tenue ce vendredi 14 octobre 2022 à l’espace Nelson Mandela du plateau.

A lire aussi : Safariel Obiang: » J’ai été victime d’une attaque mystique… «

« Peuple de Côte d’Ivoire, dans l’affaire des 49 soldats ivoiriens arrêtés au Mali, la Coalition nationale pour le sursaut (CONASU) a constaté qu’après trois mois de négociations, la junte malienne refuse de s’inscrire dans la libération de nos soldats » à –t-il dit.

Conférence de presse de coalisation nationale pour le sursaut (CONASU) le vendredi 14 octobre 2022 à l’espace Nelson Mandela du Plateau.

« Pour cela nous avons donc décidé de donner un ultimatum de 72 heures à la junte malienne. En effet, dans les 72 heures qui suivent, nos soldats doivent être libérés. Si rien n’est fait, à partir de ce lundi matin, les ivoiriens dans leur entièreté vont s’installer devant l’ambassade du Mali en Côte d’Ivoire pour empêcher les services de l’ambassade de fonctionner et dire à monsieur l’ambassadeur du Mali que vous n’être plus la bienvenue en Côte d’Ivoire » a-t-il conclu.

Annonce

Rappelons que depuis le 10 juillet 2022, 49 militaires ivoiriens, accusés par Bamako d’être des mercenaires, sont détenus au Mali. Cependant, plusieurs médiations sont toutefois en cours pour obtenir la libération de l’ensemble du contingent. Et ce, avec la participation du Président togolais et de plusieurs leaders religieux maliens.

Publicité

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page